Share

Google Shopping : Le Guide complet !

Guide Ultime Google Adwords Shopping

Google Shopping est une excellente source de trafic pour tous les ecommerçants.

C'est un type de campagne spécifique dédié aux sites de vente en ligne.

Les annonces shopping s'affichent sur les pages de résultats de recherches et dans l'onglet Shopping du moteur de recherche.

Leur format diffère de celui des annonces textuelles classiques. Elle contiennent le titre du produit, son prix, sa photo et l'URL du site de destination.

Affichage des annonces Google Shopping

Cet article va vous apprendre comment optimiser votre flux et vos campagnes pour obtenir les meilleures performances possibles.

1. Comment fonctionne Google Shopping ?

​Pour utiliser Google Shopping vous avez besoin, au minimum :

En option :

L'une des caractéristiques des campagnes Shopping est le ciblage par produit via le flux généré par votre site.
On oublie les mots clés des campagnes Search. Ici c'est Google qui choisit les requêtes sur lesquelles vont s'afficher vos annonces.​

2. Etat des lieux

Les annonces Shopping représentaient fin 2016 74% de l'ensemble des clics payant sur les pages de résultats Google :

Parts de marché Google Shopping en 2016

source : Crealytics

Plusieurs facteurs expliquent cette tendance :

1.​ L'explosion du mobile :

Les clics depuis les mobiles sont passés de 16% en 2014 à 70% en 2017.

Taux de clics sur Google Shopping depuis les mobiles en 2016

source : Crealytics

Non seulement les mobiles sont de plus en plus utilisés, mais les annonces Shopping sur mobiles prennent également plus de place et son plus cliquées que les annonces classiques du réseau de recherche.

2.​ Présence accrue des annonces Shopping sur des requêtes génériques :

source : Crealytics

​Google affiche des annonces pour une proportion plus grande de mots clés.

L'inventaire s'est agrandi mais l'offre quant à elle n'a pas suivi la même tendance. Les CPC sur les campagnes Shopping ont donc tendance à baisser. C'est le moment d'en profiter !

3. Optimiser son flux produit

La qualité de votre flux va déterminer le succès de vos campagnes.

Plus votre flux sera propre et complet, plus vous augmenterez vos chances d'être visible sur un grand nombre de requêtes.

Un flux "propre" est un flux qui respecte les standards Google - Il faut parler le même langage que le moteur pour qu'il comprennent les informations de votre flux.
Nommez vos champs et valeurs selon la nomenclature conseillée. Vous la trouverez sur cette page.​

Exemple : si votre jupe est couleur "vermillon", préférez-lui le terme "rouge" pour votre flux.

Si vous négligez cette étape, vous prenez le risque de voir votre flux refusé ou de payer cher de nombreux clics inutiles sur le long terme.

Voici 13 éléments de votre flux à optimiser, classés par ordre d'importance :

3.1. Les titres

A l'image de la balise titre en SEO, le titre de votre produit est l'élément le plus important de votre flux. Il détermine en grande partie les mots clés sur lesquels vous allez apparaître mais également votre taux de clic.

Votre titre doit être précis et descriptif ou Google aura des difficultés pour savoir quand afficher votre annonce.​

Pour connaître les mots clés tapés par vos prospects, vous pouvez utiliser l'Outil de planification des mots clés Google ou encore Google Trends.

A faire :

  • ​Incluez votre mot clé principal : sur quel mot clé voulez-vous être le plus visible ? Incluez-le dans le titre s'il est pertinent.
  • Soyez aussi descriptif que possible : ajouter les attributs de vos produits à la fin du titre (exemple : escarpins rouge taille 36).
  • Si vos produits appartiennent à des marques connues, placez de préférence le nom de la marque au début (exemple : Nike Air Max noires taille 43).
  • Rappelez-vous la limitation du nombre de caractères (150) : il n'y pas de longueur idéale pour le titre, mais d'une manière générale ne soyez pas avare en détails.

A éviter :

  • Le bourrage de mots clés : Ajouter vos mots clés en double ou en triple ne vous apportera pas plus de visibilité.
  • Le 100% majuscule.
  • Le texte promotionnel (exemple : "Chaussures rouges -50% profitez-en vite !").
  • Etre trop vague : n'appelez pas votre produit 'Chaussures de running Adidas" mais plutôt "Chaussures Adidas Boston Boost 2017".

3.2. La description

Même si elle n'est pas aussi importante que le titre, la description est un élément crucial de votre flux. Google prend en compte vos descriptions pour déterminer les requêtes sur lesquelles vont s'afficher vos annonces.

A faire :

  • Décrire de manière précise et concise le produit : pas besoin d'écrire un roman mais pensez aux informations que l'acheteur doit savoir avant de commander.
  • Penser aux mots clés : après le titre, la description est le meilleur endroit où placer des mots clés pertinents sur lesquels vous voulez apparaître.
  • Le plus important au début : Google n'affiche jamais la description complète de votre produit. Placez les informations les plus importantes dans la première phrase.

A éviter : 

  • Le bourrage de mots clés : N'utilisez un mot clé qu'une seule fois dans votre description.
  • Etre trop vague ou poétique : ne racontez pas l'histoire du pourquoi votre produit est si exceptionnel. Décrivez-le comme si la personne en face de vous ne pouvait pas le voir. Le storytelling est efficace pour vendre sur votre site ou en vidéo, mais cela n'aidera pas pour Google Shopping. La plupart des acheteurs ne liront jamais votre description.
  • En faire des tonnes : Il n'y pas de pénalité pour les description trop longues, mais cela n'est pas avantageux non plus. Soyez concis et direct.
Belle description dans une annonce Shopping

Une description qui va a l'essentiel, avec les mots clés importants au début

3.3. La catégorie Google

Google a créé une liste exhaustive de catégories et sous-catégories pour classer les produits. Choisir la catégorie de vos produits est une étape importante (et obligatoire) qui permet au moteur de mieux cibler les requêtes sur lesquelles il va vous positionner.

Vous n'avez pas la liberté de créer vos propres catégories. Vous devrez choisir parmi celles proposées par Google.

  • La taxonomie Google : vous pouvez télécharger la taxonomie Google en cliquant ici.​ La liste est conséquente (6215 catégories et sous catégories au total). Je vous recommande de télécharger le fichier excel et d'utiliser la fonction de recherche pour trouver celles qui vous conviennent.
  • Choisissez la meilleure catégorie : Vous ne pouvez en choisir qu'une par produit, alors choisissez-la judicieusement.
  • Soyez le plus proche possible et laissez le type de produit faire le reste. 

3.4. Le type de produit

Cette donnée permet de clarifier un peu plus le contenu de votre offre. Elle n'est pas obligatoire mais je vous recommande vivement de l'utiliser, en particulier si vous avez des difficultés à choisir vos catégories.

  • Utilisez votre propre taxonomie ou votre fil d'ariane : Un fil d'ariane d'un site de vente en ligne de produits sportifs pourrait ressembler à ça : running > vêtements pour femmes > bas > shorts. Cela peut représenter le parfait type de produit car il donne des informations précises sur la nature de votre produit. Dans ce cas, il s'agit d'un short de running pour femme. Copiez et collez simplement votre fil d'ariane dans le champ product_type de votre flux.
  • Soyez aussi descriptif que possible : si votre fil d'ariane n'est pas adapté, vous pouvez ajouter vos propres niveaux de détails en ajoutant directement le symbole ">" et des espaces entre les mots.

3.5. L'image

L'image est l'un des éléments qui a le plus d'impact sur votre taux de clic (CTR).

  • La visibilité de la miniature : Si les internautes ne peuvent pas voir clairement ce que vous proposez, il y a peu de chances qu'ils cliquent sur votre annonce.
  • Fond blanc : pour être acceptées, vos photos doivent être prises sur fond blanc.
  • Pas de texte ou de logo : les textes et logos sont interdits sur les images des produits, sauf s'ils font partie intégrante du produit bien entendu.
  • Soignez votre présentation : suivez les bonnes pratiques du merchandising. Si vous vendez des vêtements, faîtes les porter par un mannequin qui ressemble à votre client idéal. Ajustez la luminosité. Montrez vos produits sous leur meilleur angle.

3.6. Le prix

Alors que l'image va servir à capter l'attention de l'internaute, c'est souvent le prix qui influence la décision ou non de cliquer.

C'est encore plus vrai si vous vendez des produits qui sont aussi proposés sur d'autres sites. Ou encore si vous vendez des produits pour lesquels les consommateurs ont une grande sensibilité au prix.
Dans ces cas précis, avoir un prix supérieur à la concurrence peut sérieusement vous handicaper.

Si votre produit est unique ou s'il a des avantages compétitifs non négligeables, avoir un prix élevé peut vous aider à attirer les "bons" clics.

3.7. La marque

Que ce soit votre propre marque ou une marque d'un de vos fournisseurs, vous devez l'indiquer pour tous les produits de votre flux.

De nombreux internautes recherchent des produits en citant la marque dans leur recherche. En particulier ceux avec les plus grandes intentions d'achat.

3.8. Les catégories de vêtements

Si vous vendez des vêtements, vous devrez fournir des données supplémentaires, incluant celles indiquées ci-dessous. Pour une liste complète des éléments requis chaque catégorie de produit, cliquez ici.

  • Genre : masculin, féminin ou unisexe.
  • Age : nourrissons, bébés, tout-petits, enfants, ​adultes.
  • Taille : la taille du produit
  • Couleur : la couleur du produit
  • Taille : si vos tailles contiennent plusieurs mesures, condensez-les en une seule (exemple : 31/34 pour un jean).
  • Système de taille : US, UK, EU, etc.

3.9. MPN & GTIN

Le MPN représente la référence fabricant et le GTIN le Global Trade Item Number. En Europe, il s'agit du code EAN, visible sur les codes barres (ou ISBN pour les livres). Google requiert 2 parmi 3 de ces éléments pour tous les produits de votre flux : la marque, le MPN et le GTIN.

3.10. La livraison

​Il est préférable de paramétrer vos frais de port au niveau de votre compte merchant center. N'utilisez le champ livraison que si la règle change pour un produit en particulier.

3.11. Autres informations requises

Ces informations sont rapides et simples à mettre en place mais n'en demeurent pas moins indispensables. Si vous laissez ces champs vides vos produits ne seront pas éligibles.

  • Disponibilité : les options acceptées sont "en stock", "non disponible" et "précommande".
  • Etat : les valeurs acceptées sont "neuf", "reconditionné" et "occasion".

3.12. Les étiquettes personnalisées

Quand vous analysez vos performances dans Adwords et que vous voulez modifier vos enchères, vous pouvez grouper vos produits par marque, catégorie ou par étiquette personnalisée.
Les étiquettes sont optionnelles.

Par exemple, vous pouvez ajouter les étiquettes "forte marge", "soldes", "meilleurs ventes", etc.

4. Le score de qualité pour Google Shopping

Le quality score est est au coeur de l'algorithme Adwords.
Il récompense les annonceurs qui prennent le temps d'optimiser leurs campagnes et leurs pages d'attérissage.

Pour Google Shopping, Google n'affiche rien au niveau de votre compte mais chaque produit dans votre flux possède son propre score de qualité.

Votre Quality Score est déterminé par 3 facteurs : 

  • Votre taux de clic attendu.
  • La pertinence de votre annonce.
  • L'expérience sur votre page de destination.

Je ne vais pas m'étendre sur le sujet, j'ai déjà rédigé un article complet sur le sujet.

Il n'y pas de raison de penser que le Quality Score soit calculé différemment pour les campagnes Shopping.​
La seule différence se situant au niveau de la pertinence du flux qui remplace la pertinence du mot clé.

C'est une raison de plus pour prendre le temps de bien paramétrer votre flux. Votre taux de clic sur le long terme va être impacté par la qualité de votre flux.​

5. Comment mettre en place votre flux ?

Vous devez d'abord déterminer comment vous allez créer votre flux : via un template excel ou via un service/extension tiers. 
C'est généralement la taille de votre inventaire qui fera pencher la balance vers l'une ou l'autre de ces solutions.

Si vous vous dirigez vers l'automatisation, vous avez encore plusieurs options. Gardez en tête que le terme automatisation est un peu galvaudé. Il faudra quand même préparer le terrain. Les outils ne permettent que d'extraire les données de votre site.

Si vos titres, images, descriptions et autres attributs ne sont pas optimisés, votre flux en subira les conséquences. De bonnes données en entrée, de bonnes données en sortie. Et inversement.

5.1 Les gestionnaires de flux

Les gestionnaires de flux sont des logiciels qui permettent d'exporter facilement votre flux et de l'envoyer sur de multiples plateformes.
Il sont utiles, voir indispensable, si vous souhaitez vous développer et vendre vos produits sur les places de marché comme Amazon ou Cdiscount.

Les logiciels de gestion de flux se connectent facilement aux principaux CMS ecommerce du marché.

L'inconvénient : vous devrez payer tous les mois pour toute la durée d'utilisation du logiciel.

Ces logiciels vous permettront aussi de modifier vos attributs directement depuis l'interface afin d'optimiser les données envoyées à Google. Vous pourrez aussi filtrer vos produits pour n'envoyer que ceux qui respectent certains critères.

Le marché des logiciels de gestion de flux est plutôt mature, vous pouvez vous diriger vers Lengow, Shopping Flux ou encore Iziflux.​

5.2 Les applications et extensions

​Tous les grands CMS du marché possèdent leur propres extensions. Une simple recherche sur la marketplace Prestashop ou Magento vous donnera de nombreux résultats.

Elles permettent d'exporter rapidement l'ensemble de votre catalogue. L'application met automatiquement le flux à jour lorsque vous mettez à jours votre inventaire.

Autre avantage : vous ne payez le service qu'une seule fois.

Si tous vos produits sont déjà bien optimisés, alors ces extensions représentent sans doute la meilleure solution.
En effet, il vous sera difficile de personnaliser les données du flux avec ce genre d'applications.​

6. Optimisez vos enchères

Avec votre flux, vos enchères sont l'élément le plus important de vos campagnes Shopping.

Elles déterminent les requêtes sur lesquelles vous allez apparaître et interviennent directement sur votre rentabilité. 
Des enchères trop élevées tueront votre coût d'acquisition pendant que des enchères trop faibles limiteront votre exposition et votre croissance.

Comment positionner le curseur entre ces deux extrêmes ?
Comment générer le meilleur retour sur investissement ?

Voici comment vous pouvez démarrer et progresser vers la profitabilité.​

6.1 Les 3 données à prendre en compte

Il y a trois critères à prendre en compte lorsque vous définissez vos enchères :

  • Le prix du produit : je vois trop souvent des marchand avec la même enchère pour tous les produits du catalogue. L'enchère est identique pour une paire de chaussette à 3€ et pour un sac à 200€. Mauvaise idée. Votre enchère doit logiquement être proportionnelle au prix de vente du produit.
  • La marge : Le prix ne peut déterminer à lui seul votre enchère. Vous devez prendre en compte votre taux de marge. 
  • Le taux de conversion de votre site : prenez en considération votre taux de conversion moyen, tout en sachant que le trafic issu d'Adwords à tendance à convertir à un taux plus bas que votre taux moyen.

En prenant en compte ces trois données, voici la formule vous permettant de déterminer votre enchère maximale (ou CPC Max) :

Prix de vente - (Prix d'achat + Charges) = Profit

Profit x Taux de conversion = CPC Max

CPC Max x (​entre 0,4 et 0,75) = Enchère initiale

Exemple : pour faire simple, ​admettons que vous vendez un produit 100 euros, avec un coût de 50 euros. Le taux de conversion de votre site est de 2%. Nous obtenons le calcul suivant : 

​Profit : 100 - 50 = 50€

50€ (profit) x 2% (taux de conversion)  = 1€ (CPC Max)​
1€ (CPC Max) x (0,5) = 0,5€ (enchère initiale)

6.2 Comment ajuster vos enchères  ? - Quand augmenter, quand baisser ?

Souvent, au lancement de votre campagne, vous devrez augmenter à quelques reprises vos enchères pour commencer à générer des impressions et des clics. Ne soyez pas effrayé, si vos annonces ne sont pas visibles et si vous êtes confiant sur la qualité de votre flux, augmentez progressivement (de 0,03€ à 0,1€ jusqu'à maximiser votre exposition).

Il est très rare pour une campagne shopping d'atteindre son budget journalier dès les premiers jours. Au début, Google va limiter votre exposition et analyser comment les internautes réagissent à vos annonces. A mesure que vos performances s’amélioreront (notamment votre taux de clic), vos annonces seront affichées plus fréquemment.

Il est important de définir un budget qui donne un minimum de latitude à votre campagne. Si votre enchère moyenne est de 1€ et votre budget journalier 5€, Google sait que 5 clics à votre Max CPC peuvent anéantir votre budget. Cela limitera votre exposition, en particulier si vous avez défini votre mode de diffusion sur standard au lieu d'accéléré.

Voici quelques conseils pour savoir quand enchérir davantage. Bien sur, tout est relatif. Pour un produit à 10€, une enchère à 0,2 est plutôt élevée. Pour un produit à 500€, une enchère élevée se situera plutôt autour des 2€. Comme je l'ai mentionné plus haut, vos marges et taux de conversions sont aussi à prendre en compte.

6.2.1 Enchères faibles = mots clés longue traine

Généralement, les enchères basses entraînent une exposition auprès de mots clés de longue traine, moins compétitifs. 
Par exemple, le mot clé "Tee shirt" sera plus cher que "Tee shirt imprimé rouge pour femme taille S". 
Ces requêtes ont souvent un taux de conversions supérieur car plus précises.
En conséquence, des enchères faibles riment avec moins de trafic et plus de conversions.

6.2.2 Enchères élevées pour de meilleures positions, visibilité, image de marque et mots clés concurrentiels

Parfois, les mots clés qui convertissent le plus sont les mots clés les plus concurrentiels et donc ceux qui se monnayent le plus cher. Ou, dans certaines conditions, il est possible que vous vouliez une visibilité immédiate sur un produit et que le retour sur investissement soit secondaire.

C'est le cas chez certains marchands qui ont des campagnes de remarketing efficaces ou dans le cas de produits d'appels qui permettent de générer les inscriptions et les premiers achats des clients.

6.2.3 Les enchères à la performance

  • Un produit se vend bien ? Augmenter légèrement l'enchère. Pourquoi ? Pour voir si vous pouvez améliorer votre exposition et vendre plus.
  • Est-ce qu'un produit est beaucoup cliqué mais ne se vend pas ? Réduisez l'enchère car vous êtes peut-être visible sur des mots clés concurrentiels avec très peu d'intention commerciale. Ou peut-être que votre page d'atterrissage mérite quelques optimisations. Ou encore, il peut s'agir d'un problème de prix ou de concurrents qui lancent une promotion.

6.2.4  Les enchères saisonnières

Les CPC sont principalement liés à la concurrence. Plus de concurrence entraîne une augmentation des coûts.
Pour les produits saisonniers comme les plantes, les maillots de bain, le matériel sportif ou encore les fournitures solaires, vous allez avoir besoin d'un plan.

Quelques produits saisonniers se vendront toute l'année mais en de plus petite quantités et à des enchère plus faibles en basse saison. Segmentez vos produits de façon à pouvoir augmenter ou baisser facilement vos enchères selon la période de l'année.

6.3 Surveillez vos enchères de près

Il n'est pas question de fixer le montant de ses enchères et de laisser le compte "tourner". La concurrence, la saisonnalité, les objectifs business et les performances sont autant d'éléments qui bougent en permanence.

Vos CPC Max devront augmenter ou baisser régulièrement selon cet environnement.

A quelle fréquence devez-vous mettre à jour vos enchères ?

  1. Pour le premier mois, je recommande de 1 à 3 fois par semaine : si vous découvrez que votre enchère d'origine est trop basse et que vous devez l'augmenter progressivement, des modifications tous les deux jours sont parfaitement acceptables. Prenez en considération que, pour un grand nombre de secteurs d'activités, les weekends ne sont pas des périodes représentatives.
  2. Ensuite, de manière hebdomadaire pour les flux à plus de 50 produits : une fois que vos campagnes Shopping tournent de manière rentable, ajustez vos enchères sur une base hebdomadaire en fonction des performances.
  3. 1 à 3 fois par mois pour les flux à moins de 50 produits : Pour les flux plus petits vous pouvez ​vérifier toutes les semaines mais il est probable que vous n'ayez à faire des modifications qu'une à trois fois par mois.

6.4 Enchérir au niveau du produit

C'est pour moi la meilleure façon de fixer ses enchères, mais cela demande un minimum de travail.
Quand on regroupe ses produits par marque ou encore par catégorie (voir plus bas), on peut isoler certaines marques ou catégories qui performent bien.
Mais à l'intérieur d'une catégorie aux bonnes performances, il est courant de voir certains produits aux performances exceptionnelles et d'autres qui, à l'opposé, consomment du budget sans faire de ventes.

La meilleure façon de maximiser vos profits avec Google Shopping est de créer une enchère par produit et de les optimiser en fonction des performances de ces produits.

Peut importe la manière dont vous avez classé vos produits, vous pouvez cliquer sur la flèche à côté du groupe de produit pour voir tous les produits contenus dans le groupe.
Nous aimons traiter chaque produit individuellement. Si un produit ne génère aucune conversion directe ou indirecte, nous baissons l'enchère.

Pour ajouter les données de conversion, vous devrez les ajouter en cliquant sur le menu colonnes de votre tableau.

Enchérir au niveau du produit Adwords

6.5 RLSA pour Google Shopping

Si vous pouviez enchérir différemment pour vos meilleurs clients ? Si vous pouviez dire à Google, "quand tu vois un internautes qui rassemble ces critères, je veux enchérir davantage". 

Par exemple, disons qu'un internaute qui a déjà fait un achat sur votre site revienne sur Google pour rechercher un produit. Ce produit est également vendu sur votre site, mais l'utilisateur ne le sait pas. Voudriez-vous augmenter votre enchère pour cet internaute ? Je pense que oui.

Cette fonctionnalité est possible grâce au ​Remarketing for Listing Search Ads (RLSA) disponible depuis un peu plus d'un an pour les campagnes Shopping.

Pour utiliser le RLSA, vous aurez besoin d'ajouter une balise de remarketing à votre site.

7. Organiser son compte pour de meilleures performances

7.1 Groupes de produits 

Créer des groupes de produits resserrés va considérablement vous aider à gérer vos enchères et mesurer vos performances. Une des clés du succès sur Adwords Shopping est d'identifier ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.
Si vous avez beaucoup de produits, vous devrez les rassembler de façon à identifier facilement les bons et mauvais élèves pour agir en conséquence.

Même s'il est possible de n'avoir qu'un seul groupe d'annonce dans vos campagnes Google Shopping, il est recommandé, pour faciliter la gestion, de créer plusieurs groupes d'annonces.

Dans vos campagnes, cliquez sur un groupe d'annonce pour être redirigé dans le groupe de produit. Vous pouvez ensuite diviser et subdiviser vos produits dans des groupes. Vous avez plusieurs options pour diviser vos produits incluant : la marque, la catégorie, le type de produit et les étiquettes personnalisées.

Marque

​Vous pouvez subdiviser vos produits par marque. Quand vous cliquez sur la flèche à côté de la marque vous pouvez voir tous les produits appartenant à ce groupe. Vous avez aussi accès aux données de ce produit (impressions, clics, taux de clic, conversions, etc.).

Catégorie

Les catégorie sont basées sur la taxonomie Google. Ces catégories sont plutôt larges et peuvent inclure de nombreux produits dans un seul et même groupe. Cela ne fournit pas la meilleure structure à mon avis.

Les étiquettes personnalisées

Vous pouvez attribuer à vos produit jusqu'à 5 étiquettes personnalisées. Ces étiquettes sont utilisées pour segmenter vos produits selon vos propres objectifs et facilitent la gestion de vos enchères.

Le type de produit

C'est basé sur le type de produit que vous avez spécifié dans votre flux et qui basé en général sur votre fil d'ariane. C'est une bonne façon de segmenter vos produits de la même façon que celle de votre site internet.​

8. Optimisation et reporting

8.1 Performances par produit

Avec Google Shopping, il y différents leviers à ajuster pour améliorer vos performances. Ces rapports seront à vérifier au moins une fois par mois.
La plupart des données les plus importantes sont situées dans l'onglet "Variables" de votre compte.

Depuis votre campagne Shopping, cliquez sur l'onglet Variables.
Dans affichage, cliquez ensuite sur Shopping puis ID de l'élément :

Voir les performances par produit Google Shopping

Même si les stratégies et les montants peuvent varier d'une entreprise à une autre, voici quelques bonnes pratiques :

Produits sans aucune impression

Vos enchères sont probablement trop basses, ou votre flux ne fournit pas assez d'informations à Google pour qu'il puisse afficher vos produits.
Vous pouvez commencer par augmenter vos enchères et vous occuper du flux plus tard.
Revenez sur ce guide pour vérifier si tous les champs de votre flux sont bien optimisés.

Produits avec beaucoup d'impressions mais sans (ou très peu) clics.​

Scénario dans lequel Google ​trouve votre flux pertinent mais les utilisateurs ne cliquent pas sur vos annonces. La plupart du temps, cela vient d'un problème de prix.
Utilisez l'outil de prévisualisation des annonces pour avoir un aperçu des annonces qui s'affichent pour vos mots clés. 
Il est fort probable que vos concurrents proposent des tarifs beaucoup plus agressifs.

Ce faible ratio clics/impressions peut aussi être causé par une image de mauvaise qualité.
Pour isoler ces produits, filtrer votre tableau pour n'afficher que ceux ayant un CTR inférieur à 1%.

Produits avec beaucoup d'impressions et clics mais sans conversions.

Google vous trouve pertinent, les internautes cliquent sur vos annonces mais n'achètent pas.
Cela vient surement d'un problème sur votre landing page.
Il y a de nombreuses choses à faire pour optimiser votre taux de conversion, mais commencez par les basiques :

  • Montrez-vous votre produit sous tous ses angles ?
  • Affichez vous les frais de port dès la page produit ?
  • Avez-vous des avis clients ?
  • Offrez-vous des facilités de paiement ou autres garanties ?
  • Le design de votre site inspire t'il confiance ?
  • Proposez-vous le paiement par carte bancaire ?

Vous pouvez déjà commencer par baisser vos enchères pour apparaître sur des mots clés longue traine qui ont tendance à convertir davantage.

Il faudra aussi songer à éditer votre flux, notamment les titres ou descriptions peu clairs qui risquent de vous rendre visible sur des mots clés peu pertinents.

8.2 Autres rapports

8.2.1 Le rapport des termes de recherche

Les campagnes Google Shopping ne vous permettent pas de cibler des mots clés. En revanche, vous pouvez savoir quels mots clés ont été à l'origine des clics sur vos annonces.

​Ce rapport vous permettra d'isoler et d'ajouter en négatif les termes peu pertinents.

Pour générer ce rapport, rendez-vous de nouveau dans l'onglet Variables de votre compte puis dans Affichage cliquez sur Termes de recherche :

Afficher termes de recherche Google Shopping

8.2.1 Le rapport de performance des produits

Ce rapport va vous montrer quels sont les produits vendus. Cela nécessite d'utiliser Google Analytics avec le suivi ecommerce .
En triant par campagne, vous pourrez déterminer quels sont les produits vendus via vos campagnes Shopping. 
Il peut être utilisé en complément des données visibles dans votre compte dans l'onglet variable qui vous informe du nombre de conversions par produit (voir plus haut).

Dans Google Analytics, dans la partie Conversion, cliquez sur Performances des produits.

Choix de la performance des produits

Vous allez ensuite appliquer un filtre pour n'afficher que les produits vendus via votre campagne Shopping.
Dans un premier temps, ajoutez une dimension secondaire : Publicité > Campagne

Ajout d'une dimension secondaire

​Cliquez ensuite sur le lien avancé près de la barre de recherche :

lien filtre avancé Analytics

Enfin, appliquez un filtre pour inclure les campagnes contenant le nom de votre campagne Shopping. Cliquez sur Appliquer :

Filtre campagne Analytics

9. Les petits plus

9.1 Les promotions

Vous savez maintenant qu'il n'est pas possible d'ajouter de message promotionnel dans le titre ou la description de vos annonces.

En revanche, il est possible​ d'ajouter un texte promotionnel sous vos produits.

Ce message sera visible sur les page de résultats via un icône "Offre spéciale" : ​

Offre spéciale Google Shopping

Pour en bénéficier, vous allez devoir mettre en place un second flux produit, un flux de promotions.

Pour plus d'informations liées aux spécifications de ce flux, cliquez ici.​

Cet icône vous permettra de sortir du lot et d'améliorer votre taux de conversion.​

9.2 Les avis

Les avis sur les produits peuvent faire une grosse différence au niveau des performances de vos campagnes.
Nombreux sont les internautes qui font confiance aux avis, surtout lorsque ceux-ci sont collectés depuis des plateformes indépendantes.

Pour de nombreuses recherches, seuls un ou deux marchands ont des avis produits visibles. Cela donne un avantage non négligeable.

avis dans Google Shopping

Il y a plusieurs façon de collecter les avis de vos clients et de les afficher dans vos annonces. Vous pouvez passer par le programme gratuit Google Marchand de confiance ou utiliser des sources tierces comme Ekomi ou Avis vérifiés.
Pour plus d'informations consultez la page du centre d'aide Google.

10. Conclusion

Tirer pleinement parti des campagnes Google Adwords Shopping demande du temps et de la minutie. 

Mais l'effort en vaut la chandelle.

Les campagnes Shopping fonctionnent car elles mettent en relation les acheteurs et les vendeurs d'une manière très efficace.

Il n'est pas rare de voir des ROI supérieur à 1000% sur ce type de campagnes.

C'est également une très bonne façon d'atteindre de nouveaux prospects.

Si vous cherchez à faire augmenter votre base client et à vendre toujours plus de produits d'une manière contrôlée et mesurable, je ne connais pas de meilleur levier que Google Shopping.

​Maintenant à vous de jouer, et bonnes ventes !

A propos de l'auteur Benjamin Turc

Fort d'une expérience dans le web de plus de 8 ans, je suis en mesure de vous conseiller et vous accompagner sur toutes vos problématiques de visibilité sur internet.

follow me on:

Ils nous font confiance